Standard et caractere

Classification F.C.I. : Groupe 5 : Spitz et chiens de type primitif.

Section 5 : Spitz asiatiques et races apparentées.

Sans épreuve de travail.

Aspect générale : Chien de grande taille de constitution robuste, bien proportionné, avec beaucoup de substance ; caractères sexuels secondaires nettement marqués. Grande noblesse et dignité dans la simplicité. Construction robuste.

Proportions importantes : Le rapport entre la hauteur au garrot et la longueur du corps (de la pointe de l’épaule à la pointe de la fesse) est de 10 à 11, mais les femelles ont le corps légèrement plus long que les mâles.

Comportement / Caractère : Calme, fidèle, docile et réceptif.

Tête :



Région Crânienne :



Crâne : Le crâne est bien proportionné par rapport au corps ; le front est large et le sillon frontal est net, sans rides.
Stop : Marqué.

Région faciale :

Truffe : Grosse et noire. Un manque de pigmentation léger et diffus sur la truffe est acceptable uniquement chez les sujets blancs. Toutefois la couleur noire est toujours préférée.
Museau : Modérément long et fort ; sa base est large ; il va en s’amenuisant, mais il n’est pas pointu. Le chanfrein est droit.
Mâchoires/dents : Denture forte présentant un articulé en ciseaux.
Lèvres : Serrées.
Joues : Modérément développées.
Yeux : Relativement petits, presque triangulaires vu que l’angle externe de l’oeil est légèrement tiré vers le haut, disposés de façon à être modérément écartés, de couleur brun foncé ; plus la couleur est foncée, mieux cela vaut.

Oreilles : Relativement petites, épaisses, triangulaires, légèrement arrondies à leur extrémité, attachées modérément écartées, dressées et inclinées vers l’avant.

 Cou : Epais et musclé, sans fanon, proportionné à la tête.

Corps :

Dos : Droit et solide.
Rein : Large et musclé.
Poitrine : Haute avec région sternale bien développée ; les côtes sont modérément cintrées.
Ventre : Bien relevé.

Queue : L’attache est haute ; la queue, épaisse, est portée bien enroulée sur le dos ; l’extrémité atteint presque le jarret lorsqu’on la tire vers le bas.
Membres antérieurs :
Epaules : Modérément obliques et développées.
Coudes : Bien au corps.
Avant-bras : Droit, doté d’une ossature puissante.

Membres postérieurs : Bien développés, forts, modérément angulés.

Pieds : Epais, ronds, cambrés et serrés.

Allure : Mouvement élastique et puissant.

Robe :

Poil : Le poil de couverture est dur et droit ; le sous-poil est souple et dense ; le garrot et la croupe sont couverts d’un poil légèrement plus long ; le poil de la queue est plus long que celui du reste du corps.

 Couleur :

Roux, plus ou moins foncé, en élevage nous préféront le Roux Rouge.
Sésame (poils rouge-fauve avec pointes noires)
Bringé, on distingue plusieurs couleurs de bringé qui va du bringé bleu (absence roux) très dilué (gris ou "Silver") au pratiquement noir mais il faut qu'il ai toujours des bringures. Et le bringé roux avec plus ou moins de bringures, il peut être tigré ou plus foncé avec quelques fines bringures de roux.
Blanc.

Toutes les couleurs citées ci-dessus, excepté le blanc, doivent présenter de « l’Urajiro ». (Urajiro = poil blanchâtre sur les faces latérales du museau, sur les joues, sous la mâchoire, sur la gorge, le poitrail et le ventre, sur la face inférieure de la queue et à la face interne des membres).
Taille :

Hauteur au garrot : Mâles : 67 cm, Femelles : 61 cm.
Avec une tolérance de 3 cm en plus ou en moins.

Défauts : Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité.

• Mâles efféminés, femelles masculines.

• Prognathisme supérieur et inférieur.

• Dents manquantes.

• Langue tachetée de bleu ou de noir.

• Iris de couleur claire.

• Queue courte.

• Chiens craintifs.

Défauts éliminatoires :

• Oreilles non dressées.
• Queue pendante.
• Poil long (hirsute).
• Masque noir.
• Marques sur fond blanc.

N.B. : Les mâles doivent avoir deux testicules d’aspect normal complètement descendus dans le scrotum.

Aperçu historique : 

Utilisé comme chien de chasse et chien de compagnie, cette race a connue des moments difficiles.
Entre 1868 et 1912, les combats de chiens étaient une tradition locale.
C’est alors qu’il y eu une multitude de croisements pour des critères liés au combat.
Dans la crainte de voir la situation échapper à son contrôle, le gouvernement du département d’Akita décida d’interdire les combats de chiens, puis il établit une taxe touchant les propriétaires de chiens.
Suite à une épidémie de la rage, il y eu l'ordre d’extermination des chiens sauvages, ce qui failli provoquer la disparition de la race.
En 1931, l'Akita Inu fut déclaré « Monument Naturel Mondial ».
Puis en 1932, la race fut à nouveau menacée, car pendant la guerre, on utilisa leur fourrure pour confectionner des vêtements chauds destiné aux combattants envoyés dans les régions nordique de la Chine.
Après la guerre, dans les années 1948-1949, l’Akita Inu redevient célèbre grâce aux expositions organisées par l’association Akiho qui fut fondée entre 1927 et 1928.
Jusqu’à la fin du XXe sicle, la réhabilitation de l’Akita Inu se poursuivit notamment grâce aux lices du sud de la région d’Akita qui furent préservées.
 L’Akita Inu a été importé en France en 1989.

Ses + : 
- Intelligent
- Calme
- Independant
- Sur d'eux
- Robuste 
-  Affectueux
Ses - ( varie selon : la socia à l'élevage et chez l'adoptant, l'éducation, l'âge, le caractère) :
- Attention difficile à capter 
- Mauvaise entente avec les chiens de même sexe

Les maladies de l'Akita :
Le VKH
  est une maladie qui se manifeste par une uvéite et une dépigmentation cutanée.

L'adénite sébacée est une maladie auto-immune qui commence par des inflammations autour des glandes sébacées, et détruit celles-ci progressivement. Ces glandes ont la fonction de production du sébum pour protéger la peau contre les agressions extérieures. Leur dérèglement a pour conséquence le dessèchement de la peau et des poils.
La dysplasie
 de la hanche est une malformation qui consiste en une asymétrie plus ou moins importante de la tête du fémur avec sa cavité et en un relâchement du ligament qui les rend solidaires. Elle évolue plus ou moins rapidement vers une arthrose douloureuse et invalidante.